OKACHA HASNAOUI, UN TESTAMENT GLORIEUX DE L’ENTREPRISE ALGÉRIENNE

Son nom est indissociable de la réalisation conduite par son frère Brahim, président du groupe. Okacha Hasnaoui a disparu ce week-end laissant pétrifiée la ville de Sidi Bel Abbes qui lui voue un bel amour. 47 ans d’Entreprise privée dans ce lien entre les bel abbésiens et les Hasnaoui.

Le ciel refuse de prendre une couleur en cette fin d’après-midi tout en contraste ce vendredi. Une petite brise, soudain, s’invite du nord. Elle annonce le cortège mortuaire. Interminable. Une voix dans l’attroupement : « Ici il faisait bien 7 ou 8 degrés de plus hier à cette heure-là ». Clémence appréciée. Le cimetière sec et austère résiste au brouhaha montant. Plus de 2000 personnes y convergent alors que le fourgon jaune de la protection civile arrête la procession.

Sidi Ali Benyoub, un peu plus d’une trentaine de kilomètres au sud de Sidi Bel Abbes, va recueillir un de ses enfants prodiges. Okacha Hasnaoui est décédé à l’aube du même jour à l’hôpital de Sidi Bel Abbes. Deux jours auparavant, il avait fait un malaise cardiaque. La nouvelle s’est répandue comme un traînée de poudre dans la ville.

« Vers 10 heures quand je voulais présenter les condoléances à la famille, la rue qui mène vers sa villa dans le quartier résidentiel de Maqam Echahid, construit par le groupe Hasnaoui, il était impossible d’approcher à moins de deux cent mètres tant la foule était compacte », raconte Halim, retraité de la wilaya.

Sidi Bel Abbes n’est pas ingrate. Lorsque les bords de la Mekkera ont débordé, cette fois de joie, en mai 2018, leur émotion avait un visage. Okacha Hasnaoui, revenait à la tête de l’USMBA pour la deuxième fois et, comme 28 ans auparavant, il brandissait la coupe d’Algérie. Les deux seules lignes au palmarès du club. Les Hasnaoui, une empreinte déjà bienheureuse sur la ville avant même cette ultime communion qui venait rappeler combien le nom de la fratrie était synonyme de réussite. Le soir, à 18 heures, au cimetière de Sidi Ali Benyoub, des amis de toutes l’Algérie sont là, cette fois. Parmi les porteurs du dernier hommage, des anciens walis, des ex-ministres, des chefs d’Entreprise, des journalistes connus, des hommes de lettres, des artistes, des anciens footballeurs bien sûr. La galaxie Hasnaoui dans son expansion. Okacha est parti. Brahim, le pionnier, en 1973, de l’aventure qui a conduit à l’un des groupes industriels les plus solides d’Algérie est assailli par les présents pour les condoléances. Il devra faire désormais sans le frère aîné qui savait tant bâtir le relationnel du groupe avec l’extérieur.

Au temps « héroïques » du plâtre de la DNC-ANP

« C’était l’une des personnalités les plus attachantes de la ville. Okacha a joué un grand rôle dans le développement du groupe en incarnant souvent son mécénat et son engagement citoyen », explique Abdelkader, un ancien employé du groupe. « Le chef d’Orchestre des relations extérieures » écrit le professeur Taieb Hafsi dans le livre qu’il a co-signé dédié à GSH, le groupe des sociétés Hasnaoui (Les Hasnaoui, une Entreprise citoyenne, aux Editions Casbah). Okacha, a quitté à 28 ans un poste d’employé au service hydraulique de Sidi Bel Abbes pour se lancer aux côtés de Brahim dans les premiers chantiers glorieux qui, dès le milieu des années 70, feront la légende des Hasnaoui dans la ville puis dans tout l’ouest algérien : l’approvisionnement en eau du chantier de la Sonelec, les 369 logements laissés en friche par une société allemande en faillite, le périmètre d’irrigation du Tafraoui. Son talent relationnel en faisait un manager complémentaire avec son frère, plus jeune que lui, Brahim, ingénieur visionnaire, intellectuellement brillant et tout aussi impatient, dont Okacha dit lui-même qu’il « était trop direct et entier » dans ses relations avec les autres.

Dans le livre cité, Okacha raconte cette anecdote des temps héroïques des pionniers du privé dans la réalisation dans le BTP ; « Pendant qu’on réalisait les 369 logements, nous avons eu besoin de plâtre. Il y avait une seule plâtrerie ici à Fleurus. J’y suis allé dans un petit camion. Après une attente de 5 ou 6 heures, on a commencé à me charger. On était arrivé à la moitié du chargement lorsqu’arrive un camion de la DNC-ANP. Non seulement, on a sorti mon véhicule, mais on l’a déchargé pour charger celui de la DNC ».

Mouloud Hamrouche, son homme providentiel

Okacha Hasnaoui, était enthousiasmé par la réaction des Algériens le 22 février dernier. Comme son frère Brahim et le grand clan familial. Il pestait depuis des années contre l’immobilisme politique et les pratiques d’éviction du privé que la dépense publique dans le bâtiment a aggravé à la fin des années Bouteflika et que la chute des prix du pétrole depuis 2014 n’a pas permis de corriger. C’est lui qui représentait le groupe au sein du FCE. Loin des intrigues algéroises et des déploiements ostentatoires en faveur du régime Bouteflika. D’ailleurs Okacha avait été un des premiers à donner son accord de principe aux initiateurs de la fondation d’une nouvelle organisation d’employeurs au lendemain du 22 février.

Il était plein d’espérance pour l’avenir de l’Algérie. Ses appréhensions, ainsi que celles de Brahim ont commencé à se lézarder après l’arrestation incompréhensible de Issad Rebrab, patron de Cevital.

Elles ont enflé avec l’impasse politique des dernières semaines et le dérapage de la campagne supposée anti-corruption et anti-oligarques en un jeu de massacre contre les entreprises et l’économie. Okacha répétait souvent que l’homme de la situation en Algérie était Mouloud Hamrouche qu’il souhaitait voir se présenter à une élection présidentielle libre. Autonomie de l’économie et libertés des citoyens. C’est le credo partagé des Hasnaoui que Okacha avait le privilège de faire partager aux parties prenantes durant 47 années d’aventure entrepreneuriales.

Il avait un grand projet de professionnalisation de la gestion de l’USMBA après le beau succès en coupe en 2018. Mais comme pour la Révolution du 22 février, les événements n’ont pas tourné dans le bon sens. Il s’en va et laisse trois fils engagés dans le management de GSH, devenu avec ses 21 filiales le groupe algérien le plus intégré dans ses métiers (Etudes, réalisation, production de matériaux de construction, Processing, Menuiserie, Agrégats, agriculture, Télécom, etc.…). Au retour de Sidi Ali Benyoub en cette fin de journée particulière, le convoi des voitures faisait, aux portes de Sidi Bel Abbes, un ralentissement digne des entrées d’Alger. Le ciel tournait enfin au rougeâtre vers l’ouest, le soleil descendant enfin sous la brume qui le masquait. Sidi Bel Abbes pouvait pleurer Okacha Hasnaoui.

El Kadi Ihsane

Salon international « PROJECT QATAR 2019 »

Le Groupe des sociétés HASNAOUI expose au Doha Exhibition & Convention Centre

Le Groupe des Sociétés HASNAOUI (GSH), représenté par ses filiales TAMSTONES, GRUPO PUMA ALGERIE, MDM et STRUGAL Algérie, a pris part du 29 avril au 1 mai 2019, au Salon International des technologies et de l’équipement de la construction « Project Qatar », organise au Doha Exhibition & Convention Centre, au Qatar.

Le « Project Qatar » est le plus grand salon de la construction, des matériaux et des technologies environnementales dans ce pays de la péninsule arabique. Il constitue une occasion propice pour les industriels, producteurs et concepteurs de produits, matériaux et procédés en lien avec le secteur du bâtiment et la construction, les architectes, experts et technologues des services, d’échanger leurs expériences en la matière et de conclure des accords de coopération et de partenariat avec leurs homologues Qataris.

La société algérienne des foires et des expositions (SAFEX) a activement contribué à la participation de l’Algérie pour la première fois au Salon « Project Qatar ». Elle a notamment assisté les onze entreprises algériennes du secteur des bâtiments, matériaux de construction et travaux publics, qui étaient regroupées au sein du Pavillon Algérie, Hall 4, au Doha Exhibition & Convention Centre.

« C’est une première expérience pour le groupe des sociétés HASNAOUI à l’international », explique M. Hichem AZZOUZ, responsable marketing opérationnel au GSH. « Cette participation nous a permis de faire la promotion de nos produits. Et notamment les plaques de marbre et de granit de la filiale TAMSTONES et les portes et fenêtres en aluminium de STRUGAL ALGERIE SPA », ajoute-t-il.

Les responsables commerciaux des filiales du Groupe des Sociétés HASNAOUI ont eu, à cette occasion, des entretiens professionnels avec les représentants de plusieurs consortiums qataris dont ceux du Groupe UrbaCon Trading & Contrating Compagny (UCC).

Un événement de renommée mondiale

« Les discussions menées avec des opérateurs de la région, spécialisés dans l’immobilier et le secteur de la construction, ont fait ressortir une demande croissante en matière de matériaux de construction de qualité et adaptés aux spécificités des marchés des pays du golfe », fait remarquer M. AZZOUZ. « Project Qatar » a, lors la précédente édition, attiré plus de 140 000 visiteurs professionnels et plus de 420 exposants venant d’une trentaine de pays, sur une superficie totale d’exposition de plus de 26 000 m². « Notre participation à cet événement de renommée mondiale constitue une étape majeure vers un déploiement de nos filiales à l’international », estiment les responsables du Groupe des sociétés HASNAOUI. Le secteur de la construction du Qatar est le marché de la construction qui connaît la croissance la plus rapide dans la région du Golfe, avec 26 milliards USD alloués aux grands projets et représentant 47% des dépenses totales du Qatar en 2017. Rien qu’en 2015, 60% des importations du Qatar étaient liées à la construction, pour un total de 19,7 milliards USD. C’est au plus près de ces marchés, aux taux de croissance élevés, que le Groupe des sociétés HASNAOUI s’efforce de se positionner en proposant des systèmes constructifs et des produits de qualité. La mise en œuvre en cours, au Qatar, d’importants projets de développement dans divers secteurs (bâtiment, hospitalité, tourisme, transports, infrastructures, etc.) est d’ailleurs une opportunité majeure pour contribuer aux grands projets structurants prévus dans le cadre de la Vision Qatar 2030 et la Coupe du monde de 2022.

Transformation de Marbre et de Granit à Sidi Ali Benyoub

Entrée en production de l’usine TAMSTONES

L’usine TAMSTONES de transformation de marbre et de granit est entrée en production, début avril 2019, après une phase d’essais techniques de deux mois.

D’une capacité de production théorique de 6800 à 7500 m²/jour de plaques de marbre et de granit (1 cm, 2 cm et 3 cm d’épaisseur), TAMSTONES a débuté par une production de l’ordre de 2000 m²/j de marbre et 800 m²/j de granit sur deux shifts (lignes de production). « Cela fait deux mois que nous avons entamé les premiers essais sur les équipements de haute technologie installés sur le site de Sidi Ali Benyoub. Nous sommes actuellement à presque 3000 m²/jour en plaques de 2cm et 3 cm et nous comptons porter la capacité de production à 4000m²/j d’ici la fin juin », explique M. Othmane HASNAOUI, responsable de la Société d’Exploitation des Carrières (SECH), filiale Groupe des sociétés HASNAOUI. TAMSTONES devra générer, en plein régime, plus de 350 emplois directs et autant d’emplois indirects, dit-t-il. Cette nouvelle usine s’étend sur 45 000 m² dont 25 000 couverts. Elle comprend une unité de transformation et de production (14 000 m²), des aires de stockage (10 000 m²) et une unité de maintenance (1000 m²). Le coût de réalisation de l’unité TASMSTONES représente un investissement de de l’ordre de 400 milliards de centimes. « Les lignes de production de TAMSTONES sont équipées de calibreuses et de rectifieuses permettant des coupes précises avec un équerrage parfait », souligne M. Othmane HASNAOUI. Installées par un équipementier Italien, leader mondial dans le domaine de la taille de la pierre, les lignes de production de TAMSTONES offrent « un gain de temps substantiel et qualité supérieure du produit fini », ajoute-t-il. Il fait remarquer, à ce propos, que la transformation d’un bloc de granit s’effectue en 6 heures tandis que celle du marbre dure presque 21 h, à travers les deux lignes de production mises en fonction. Des lignes dont le fonctionnement est assuré par deux équipes (2×8 heures) et qui sont dotées de scies multi-files et d’instruments de précision garantissant des calibrages et des équerrages parfaits. « Cette usine n’est qu’un premier module d’une série de modules que nous comptons réaliser dans les années à venir, au fur et à mesure de l’évolution du marché de la pierre d’ornement. A très court terme, nous envisageons de lancer la construction de deux ou 3 autres modules », indique-t-il. L’unité TAMSTONES, conçue et réalisée dans le cadre de la politique de diversification du Groupe des sociétés HASNAOUI, va permettre, dès juin 2019, la production de carreaux de marbre d’un centimètre d’épaisseur. « Ce produit est une première en Algérie, précise notre interlocuteur. Cela permettra de substituer les carreaux en faïence importés par du marbre. » Pour les responsables de TAMSTONES, la mise en fonction de cette unité a comme objectif, en premier lieu, la satisfaction de la demande du marché national et, dans une seconde phase, l’exportation vers les marchés internationaux.

« Nous visons le plus haut niveau de qualité possible en matière de pierre transformée »

« Nous comptons commencer à exporter nos produits à partir du dernier trimestre 2019. Nous ciblons les marchés européens, américains et du moyen –orient où il existe une demande assez importante sur les carreaux de marbre de 1 centimètre », estime M. Othmane HASNAOUI, révélant que des pourparlers sont en cours avec de potentiels clients en Espagne, au Qatar et à Oman. Pour lui, la diversité de couleurs et la qualité de transformation, répondant aux normes internationales, plaident pour une pénétration rapide des marchés extérieurs. « Nous avons toujours visé le plus haut niveau de qualité possible en matière de pierre transformée. Notre réputation s’appuie aussi sur l’excellence de notre service à la clientèle, de même que sur l’engagement et le savoir-faire de notre personnel », poursuit-il. La gamme de produits proposée comprend des carreaux de pierre de tailles modulables et de différentes épaisseurs. Elle englobe également des marches et contre marches de 1 mètre 20, 1 mètre 30 et 1 mètre 40 de large ainsi que des plans de cuisine finis, hauts de gamme, de 1 mètre 50 à 2 mètres de large et des dalles pour les transformateurs de marbre. Sur le plan de la formation, une équipe de techniciens hindous et italiens assure depuis quelques mois la formation d’opérateurs de machines sur le site de production de Sidi Ali Benyoub.

« Nous sommes allés chercher des experts pour nous aider à croître, de même que du personnel de qualité pour franchir une nouvelle étape. La ressource humaine est un élément-clé dans notre politique de développement », insiste M. Othmane HASNAOUI. Disposant actuellement de cinq gisements en activité, 3 de marbre et 2 de granit (Tlemcen, Ghazaouet Tamanrasset et Saida), la SECH prévoit la mise en exploitation de deux autres carrières de marbre au cours de l’année 2019. « Nous exploitons des gisements présentant des variétés de marbre uniques au monde, telles que le jaune Ghazaouet qui n’existe nullement ailleurs. D’autres variétés seront prochainement mises sur le marché corrélativement à la mise en place d’un processus de labellisation de tous nos produits », indique-t-il. Le projet immobilier El Medina à Sidi Bel Abbès, lancé par la Société de promotion immobilière (SPI), est le premier à intégrer les carreaux de marbre (1 centimètre d’épaisseur) et de granit de l’unité TAMSTONES.

Nouvelles certifications pour le groupe des sociétés HASNAOUI

STRUGAL ALGERIE SPA, HTA et MDM labellisés

Les produits aluminium laqués et anodisés de STRUGAL ALGERIE SPA, les caméras de télésurveillance de HASNAOUI Telecom Algérie (HTA) et les portes coupe-feu de MDM viennent d’obtenir des labels de qualité attestant de leur conformité avec les normes internationales.

STRUGAL ALGERIE SPA a été certifié aux normes QUALICOAT et QUALANOD pour, respectivement, les menuiseries laquées et les produits anodisés. Outre ces certifications, les produits de décoration (effet bois) de STRUGAL ALGERIE SPA ont été homologués et certifiés en QUALIDECO. Ce label qualité garantit aux clients une qualité (poudre sur poudre) aux standards internationaux. Aussi, HASNAOUI Telecom Algérie a obtenu, début avril 2019, les certificats CE et RoHS pour les enregistreurs et caméras de télésurveillance, tout comme la filiale MDM, certifiée CE pour les portes coupe-feu. « Les produits anodisés de STRUGAL ALGERIE SPA dédiés aux utilisations architecturales sont désormais homologués et certifiés en QUALICOAT et QUALANOD », indique un communiqué de cette importante filiale du Groupe des sociétés HASNAOUI (GSH). Ces labels garantissent aux clients une qualité et un processus de production répondant aux normes les plus exigeantes. Ils sont le gage d’un produit de qualité supérieure et offrant une valeur à long terme. Le label QUALANOD définit des exigences de qualité complètes et surveille la conformité des usines titulaires d’une licence dans le monde entier. STRUGAL ALGERIE SPA se distingue en étant la seule entreprise à bénéficier de ce label sur le territoire national. Selon les responsables de STRUGAL ALGERIE SPA les produits anodisés ont été homologués et certifiés en QUALANOD après un travail de presque quatre ans.

Cette certification a, explique M. Omar HASNAOUI, directeur général du GSH, un énorme impact sur le marché de l’aluminium en Algérie. « Outre la substantielle économie d’énergie qu’ils permettent de réaliser dans les bâtiments, les produits aluminium de STRUGAL ALGERIE SPA participent surtout à économiser de fortes devises au pays », a affirmé M. HASNAOUI au site d’information économique Maghreb Emergent. Tandis que le label QUALICOAT assure une qualité supérieure pour les menuiseries laquées dont l’usage se destine principalement en milieu extérieur. « Ces certifications sont la preuve de notre engagement qualité.
C’est un processus entamé depuis longtemps par le Groupe des sociétés HASNAOUI à travers la mise en place de marquages CE et des certifications ISO », note M. Omar HASNAOUI. Et de préciser : « Outre la certification de nos produits, nous poursuivons les efforts pour renforcer notre système de management intégré (SMI) et ce pour l’ensemble des filiales du Groupe des sociétés HASNAOUI. »

Journée d’étude sur la Stratégie de Développement de la Ville (SDV)

Un outil au service du développement local

La Chambre de Commerce et d’Industrie de la Mekerra (CCIM) a organisé, le jeudi 28 mars 2019, à l’Hôtel Eden, une journée d’étude sur la Stratégie de développement des villes (SDV) qu’a animé M. Farouk TEBBAL, ex-ministre, expert et consultant international.

Placée sous le thème « la SDV, un outil au service du développement local », cette journée d’étude a vu la participation des maires des communes de la wilaya de Sidi Bel Abbès, de représentants des entreprises en bâtiment et en construction, de bureaux d’études, d’associations locales, d’universitaires ainsi que les responsables des secteurs de l’urbanisme et de l’environnement. Pour le président de la CCIM, M. Ali KHANTEUR, le choix du thème de cette journée d’étude s’inscrit « en réponse aux attentes des différents intervenants dans le secteur de l’urbanisme en termes de formation et de maîtrise des éléments de développement des villes ». Au programme de cette rencontre, quatre axes de réflexion ont été débattus par l’assistance, à savoir : « Le contexte général de la Stratégie de Développement Urbain dans les pays de la Méditerranée », « L’évaluation qualitative des stratégies dans les pays de l’est et du sud de la Méditerranée », « Apports des stratégies et recommandations » et « Emergence des besoins de bonne gouvernance et des demandes participation par les acteurs concernés à tous les niveaux ». Dans son allocution, M. Farouk TEBBAL a fait remarquer que les instruments classiques de planification urbaine sont de moins en moins efficaces pour un développement harmonieux et durable des villes « au regard de défis qu’elles connaissent dans les pays développés que dans les pays en développement ». Des approches nouvelles (Agenda 21 local, la Stratégie de Développement de la Ville, les projets de territoires, etc.) sont apparues, dira-t-il, pour répondre aux limites des instruments classiques (PDAU, SWAT) et, surtout, les compléter. Les pays de la Méditerranée, notamment ceux de sa rive sud et est, connaissent des mutations rapides qui ont essentiellement lieu dans les villes, a expliqué M. TEBBAL, consultant principal pour le projet de stratégie de développement urbain de la ville d’Alep en Syrie ainsi que le projet de réseau des villes de la région du Maghreb (CoMun) pour le compte de la coopération allemande (GIZ). En 2025, selon une projection de la Commission de décentralisation et autonomie locale (CGLU), les trois quarts (75%) de la population totale sera urbaine, a-t-il poursuivi. Et de préciser que les villes reflètent également les plus importantes contradictions et fragilités des pays, notamment sociales et environnementales. Alors que la frange juvénile représente une proportion importante de la population et qui, dans un avenir moyen, accroîtra les demandes d’emplois, de logements, d’éducation, de santé et de services.

Une vision concertée et partagée de la stratégie

« Pour relever ces défis et mettre à profit les opportunités offertes par la ville des Stratégies de Développement Urbain (SDV) sont mises en œuvre dans ces pays depuis plus d’une décennie complétant des pratiques classiques de planification urbaine », a souligné M. TEBBAL pour qui les villes « sont le fer de lance de l’économie du pays (80% du PIB) » et représentent « le lieu idéal pour l’incubation des activités économiques ». Evoquant les perspectives de développement de la ville de Sidi Bel Abbès, M. TEBBAL a suggéré la réalisation d’un diagnostic participatif et à s’inspirer des expériences menées à travers d’autres villes du monde. Pour ce faire, les étapes préconisées par les experts consistent à élaborer une vision concertée et partagée de la stratégie et des plans d’action, la mise en œuvre et l’institutionnalisation la SDV et à élargir la base de prise de décision. Aussi, M. TEBBAL a préconisé la prise en compte des problématiques, émergentes telles que la vulnérabilité des villes aux risques naturels, le changement climatique, l’économie d’énergie, etc. « Il est nécessaire d’accorder plus de pouvoir aux autorités et acteurs locaux, notamment le secteur économique. Il est tout aussi indispensable de procéder à une ouverture sur la démocratie locale en donnant la parole au citoyen et en l’impliquant dans la transformation de sa ville », a-t-il ajouté. A ce propos, M. TEBBAL a plaidé pour le recentrage du rôle de l’état et de ses démembrements territoriaux, la valorisation des statuts des cadres et agents des collectivités locales ainsi que la mise en place d’institutions de développement spécialisées. Il s’agit, notamment, de créer un observatoire du développement local avec comme produits livrables des études, des statistiques, des analyses et un réseau bancaire dédié au développement local.

La démarche proposée par M. TEBBAL a pour objectifs de rattraper le retard (emploi, habitat, infrastructures), d’assurer la croissance économique d’améliorer la gouvernance de la ville (demande pressante des populations) et d’offrir une démarche locale pour améliorer l’habitabilité, la compétitivité, la gouvernance, et la « bancabilité » des villes.

Forte présence du Groupe des Sociétés HASNAOUI au 22ème édition du Salon international BATIMATEC 2019

La 22e édition du Salon international du bâtiment, des matériaux de construction et des travaux publics (Batimatec) a eu lieu, du 24 au 28 mars 2019, au Palais des Expositions (Safex) des Pins Maritimes, à Alger.

Placé sous le haut patronage du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, M. Abdelwahid TEMMAR, le salon Batimatec a vu la participation de 1 020 exposants, à savoir 620 sociétés nationales et 400 sociétés étrangères originaires de 16 pays sur une superficie d’exposition avoisinant les 44 000m².
Etaient présentes, entre autres, des sociétés leaders dans le domaine du BTP à l’image du groupe des Sociétés HASNAOUI, à travers ses différentes filiales, les cimentiers GICA et LAFARGE HOLCIM Algérie. L’édition 2019 a vu, par ailleurs, l’organisation de plusieurs journées techniques où plusieurs thématiques ont été débattues en présence d’un panel de spécialistes et de hauts responsables du secteur de l’habitat.
Ces thématiques ont porté notamment l’efficacité énergétique du bâtiment et l’urbanisme à l’ère du numérique. Outre des conférences, des démonstrations et des rencontres B to B, le salon Batimatec a organisé, pour la troisième année consécutive, le Trophée Innov’Bat 2019.

Le Groupe des Sociétés HASNAOUI, acteur majeur dans la construction en Algérie et intégrateur des solutions globales pour le secteur du bâtiment, mais surtout partenaire officiel du Batimatec 2019, a occupé un stand d’une superficie de 420 m² à l’esplanade de l’Unité Africaine de la SAFEX.

« Le salon Batimatec est le rendez-vous incontournable des professionnels de la construction en Algérie. La participation du Groupe des sociétés HASNAOUI au Batimatec ne consiste pas seulement à présenter ses produits, mais également à consolider son image de marque et à être proche des visiteurs fidèles et des professionnels du secteur », souligne M. Omar HASNAOUI, directeur général du Groupe éponyme. Il précise, à ce propos, que le groupe des Sociétés HASNAOUI a été fortement représenté à cet événement à travers ses filiales Grupo Puma Algérie, TeknaChem, MDM, STRUGAL Algérie SPA, HTA, HGP, HTF, TAMSTONES et GRANITTAM. Des filiales qui mettent en avant toute la diversité des activités du groupe des Sociétés HASNAOUI et l’étendue de sa solution globale dans l’industrie de la construction et des services : construction, menuiserie bois et aluminium, exploration et transformation du marbre et granit, production de matériaux de construction, promotion immobilière, télécommunications… « C’est un grand challenge pour nous que de devoir maintenir le cap du développement de l’économie nationale. Tous nos efforts vont dans le sens d’une réduction des importations et de la mise en valeur de la production nationale », explique M. Omar HASNAOUI.

Nouvelles gammes de marbre et de granit et cuisines MDM

Et de préciser que la diversification de la production nationale des matériaux de construction offre, inéluctablement, au marché algérien un délai de réponse à la demande très appréciable contrairement au délai des importations, un service après vente (SAV) de qualité ainsi qu’une flexibilité des dimensions et spécifications techniques des produits proposés.
Pour M. Omar HASNAOUI, parmi les nouveautés dévoilées cette année au salon Batimatec figurent les nouvelles variétés de marbre et de granit de la filiale GRANITTAM, les cuisines MDM ainsi que les peintures de Puma.

« Batimatec est l’un événement de référence qui représente la plus grande campagne de communication du groupe des sociétés HASNAOUI durant l’année », a-t-il ajouté. Leader de la construction en Algérie depuis plus de 40 ans, le Groupe des Sociétés HASNAOUI a réalisé plus de 40 000 logements individuels et collectifs et livré 250 infrastructures publiques et privées. Il emploie actuellement plus de 3000 collaborateurs à travers ses 18 filiales.
Le Groupe des Sociétés HASNAOUI poursuit, résolument, sa politique de diversification et de développement de ses activités à travers le lancement de plusieurs grands projets. Dans cette optique, TAMSTONES, la plus grande unité de transformation de marbre et de granit en Afrique (18 000m²), comptant parmi les cinq plus grandes du monde, implantée sur le site de la carrière géante Sidi Ali Benyoub, dans la wilaya de Sidi Bel Abbès. « Cette unité devra satisfaire en pierres ornementales et dalles de pierre la demande locale et s’orientera vers l’export. Très vite, les capacités de production de TAMSTONES devraient atteindre les 6500 m² en marbre et granit », annonce M. Omar HASNAOUI. Dans le secteur de la production des matériaux de construction, l’unité de fabrication de plaques de plâtre HASNAOUI Gypsium Pannel (HGP) entrera en production au premier semestre de l’année 2019. Créée il ya deux ans, cette unité disposera d’une capacité de production de 7000 m²/mois et emploiera, dès son démarrage, une cinquantaine d’ouvriers spécialisés.

9ème édition de l’exposition internationale NAPEC 2019

HTA dévoile ses nouveaux équipements analogiques de télésurveillance

HASNAOUI Telecom Algérie (HTA) a dévoilé ses nouveaux produits analogiques lors de la 9éme édition de l’exposition internationale sur l’industrie pétrolière (NAPEC 2019) organisée du 10 au 13 mars 2019 au Centre des Conventions d’Oran.

HTA, filiale du Groupe de sociétés HASNAOUI, a, pour sa deuxième participation au NAPEC, présenté l’ensemble des équipements et solutions de télésurveillance fabriqués à Sidi Bel Abbès, destinés tant aux professionnels qu’aux particuliers. Plus de 27000 personnes ont visité l’exposition NAPEC qui a vu la participation de 570 exposants nationaux, à l’instar des groupes Sonatrach, Sonelgaz, Cosider et 40 autres venus de l’étranger représentant, entre autres, Total, Haliburton et Petrofac. Un large espace a été réservé aux pays d’Afrique du nord pour exposer leurs opportunités d’investissement, à l’instar de la compagnie tunisienne des activités pétrolières, la société nationale libyenne du pétrole, la société mauritanienne d’hydrocarbures et autres. La nouveauté dans cette édition est le programme « NAPEC du jeune professionnel » visant à faciliter l’insertion professionnelle des jeunes dans le secteur des hydrocarbures et des énergies en Afrique du nord, outre la réservation de stands aux étudiants de différentes universités et écoles supérieures du pays pour exposer leurs projets de recherche liés au pétrole et au gaz et leurs différentes infrastructures. Parallèlement à l’Exposition, NAPEC a organisé des conférences-débats avec, en point de mire, la dimension stratégique des thématiques, axées sur les futurs enjeux du secteur. Le NAPEC constitue un espace de réflexion de haut niveau, permettant une consolidation substantielle de la dynamique du changement actuel, dictée par un marché pétrolier de plus en plus difficile à gérer. Pour donner de l’élan à cette dynamique de changement, les premiers panels de discussions ont abordé l’amélioration des conditions d’attractivité des investissements. NAPEC a abordé aussi, la question du mix Energétique à l’horizon 2030, dont le gaz aura une place prépondérante, avec beaucoup de défis à relever.

Transformation numérique

L’introduction de la transformation numérique dans le secteur pétrolier fut aussi l’une des thématiques stratégiques discutées au NAPEC. 2019. Un sujet qui a été abordé avec les grands acteurs que sont les fournisseurs et les utilisateurs, pour démontrer la valeur ajoutée de ces technologies, en termes de gain en efficacité, en performance, en réduction de coûts, et en amélioration des processus de management. Selon M. OULHACI, directeur commercial de HTA, de nombreux représentants de sociétés algériennes et étrangères ont été accueillis, durant quatre jours, au niveau du stand HTA, l’une des premières sociétés à s’être lancée dans la production et le montage de produits Hi-Tec de télésurveillance. « Nous avons remarqué un intérêt particulier pour nos produits de la part de beaucoup de managers de sociétés privées ou étatiques, exerçant dans le domaine pétrolier ou l’énergie renouvelable », explique-t-il. HTA, qui a récemment finalisé son Business Unit pour gagner en efficacité, a eu une forte présence au NAPEC. Toute la gamme HTA a, pour la circonstance, été exposée lors de ce Salon. » Il a, à ce propos, indiqué que HTA s’est basé, depuis le lancement de ses chaines de montage, sur une gamme de produits IP avant de compléter cette gamme par des équipements analogiques. Ce repositionnement de la société, opéré début 2019, est intervenu suite à des entretiens professionnels et une analyse du marché. « Les besoins exprimés par le marché algérien en caméras analogiques sont importants. Le montage de ces produits obéit aux besoins des clients », souligne M. OULHACI, tout en précisant que HTA s’apprête, à partir du mois d’avril, à se positionner de manière pertinente sur le marché de la télésurveillance. Pour rappel, HTA est entré en production début 2018 avec comme objectif de porter le taux d’intégration de ses produits de 5 à 70% en l’espace de cinq années. L’investissement consenti par le Groupe des sociétés HASNOAUI pour la création de HTA est de 9 millions d’euros.

SALON ASSIHAR 2019

La société GRANITTAM expose ses produits à Tamanrasset

Pour sa première participation au Salon Assihar 2019 de Tamanrasset, le Groupe des sociétés HASNAOUI (GSH) a exposé les produits de sa filiale GRANITTAM, société spécialisée dans la transformation de marbre et de granit.

GRANITTAM a pris part, du 10 au 20 mars 2019, à ce rendez-vous économique et commercial de dimension africaine à travers un stand de 24 m2. Placée sous le thème « Assihar : carrefour africain d’échange et de coopération économique », sous l’égide du Ministère du Commerce, cette manifestation économique a été organisée avec le concours de la commune de Tamanrasset.

Le ministre du Commerce, Said DJELLAB, a procédé à l’ouverture de l’Assihar 2019 en présence des Ministres du commerce du Mali et du Niger ainsi que du Ministre du Tourisme et de l’artisanat M. Abdelkader BENMESSAOUD, le wali de Tamanrasset et le Président Directeur Général de la SAFEX.

« L’Assihar est une opportunité pour la promotion et de valorisation de la production nationale. Il permet également de faire connaitre le produit algérien et promouvoir les exportations vers les pays africains », a affirmé M. Said DJELLAB, en marge de l’ouverture de cette manifestation internationale.

« La relance de l’Assihar s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement des régions frontalières et du commerce avec les pays voisins », a-t-il ajouté, précisant qu’ « il s’agit aussi de conférer une dimension internationale à cette manifestation commerciale et économique qui a pour objectifs la promotion de la coopération et des échanges commerciaux avec les pays voisins, ainsi que l’ouverture de perspectives d’investissement aux promoteurs algériens dans certains secteurs dont ont besoin ces pays ».

Selon M. Hichem AZZOUZ, responsable marketing opération au GSH, la société GRANITTAM a participé à l’Assihar avec une panoplie d’échantillons de carreaux de marbre et de granite. « Cette première participation au salon Assihar a permis de faire connaitre les produits des différentes filiales du Groupe des sociétés HASNAOUI, et plus particulièrement ceux de GRANITTAM », explique-t-il. Lors du premier jour du Salon, les représentants du GSH ont accueilli la délégation ministérielle et de nombreux responsables de sociétés locales et étrangères. « La deuxième journée a été consacrée à des échanges Be to Be avec plusieurs opérateurs du Mali et du Niger ainsi que des chefs d’entreprises installés à Tamanrasset », souligne M. AZZOUZ. Selon lui, les besoins exprimés par les opérateurs de cette zone frontalière sont très nombreux et portent essentiellement sur la disponibilité de matériaux de construction. Et de préciser : « Au vu des échanges que nous avons eus en marge de l’Assihar, il nous a été permis de constater qu’il existe une réelle opportunité pour le développement des systèmes constructifs proposés par le Groupe des sociétés HASNAOUI ».

2ème édition du Salon international SECURA 2019

HASNAOUI Algérie Telecom participe à la plus importante plateforme de sécurité au Maghreb

La 2e édition du salon international de la sûreté, la sécurité et de l’urgence (SECURA North Africa 2019) s’est tenue, du 26 au 28 février 2019, au Palais des expositions d’Alger (SAFEX).

SECURA North Africa est le premier salon international multisectoriel de la sécurité, de la cyber-sécurité et du feu en Afrique du Nord. Un évènement soutenu notamment par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les Douanes algériennes, l’OPREBATPH, le Croissant Rouge Algérien et l’INPRP.

Le Groupe des sociétés HASNAOUI a pris part à cet événement à travers sa filiale HASNAOUI Algérie Telecom (HTA) qui a exposé l’ensemble de ses équipements de télésurveillance et solutions techniques.

« Le salon SECURA 2019 est une occasion de plus pour rencontrer les fournisseurs les plus dynamiques du secteur et de dégager des opportunités d’investissement et de partenariat en Algérie », selon M. OULHACI, directeur commercial de HTA. « L’objectif de cet événement est de rassembler au même endroit tous les acteurs et professionnels du secteur de la sécurité industrielle et commerciale, de la sécurité des travailleurs, de la lutte contre l’incendie et des urgences », soulignent les organisateurs du salon. SECURA 2019 est un salon professionnel B2B organisé dans l’un des pays ayant une des économies, politique d’industrialisation et besoins en matière de sécurisation de ses infrastructures les plus dynamiques sur le continent africain, précisent-ils. C’est la plus importante plateforme de rencontre dans la région Maghreb pour les professionnels actifs dans la sécurisation des infrastructures et la sûreté des personnes. HASNAOUI Algérie Telecom a été créée en 2012, afin de répondre à un besoin vital en communication digitale et en qualité de réception, fortement exigées par le citoyen. Elle répond aussi à la stratégie des pouvoirs publics, soucieuse de tracer et de concrétiser un programme numérique national. HTA vise à compléter les sociétés du Groupe, en se constituant comme le porte-étendard du troisième pôle du Groupe des Sociétés HASNAOUI, elle vient également renforcer la logique du Groupe en matière d’indépendance, d’offre globale et d’intégration.

Nouvelle usine Grupo Puma Algérie de Bouira

10 millions d’euros invertis dans la production de mortiers prêts à l’emploi

Grupo Puma Algérie, filiale du Groupe des sociétés HASNAOUI (GSH), prévoit la réception d’une troisième usine de mortiers prêts à l’emploi au niveau de la wilaya de Bouira d’ici 2020.

Après l’usine de Sidi Bel Abbès, lancée en 2006, et celle d’El Khroub (Constantine), mise en production en 2017, Grupo Puma Algérie devrait renforcer, à travers cette nouvelle réalisation, ses capacités de production et de commercialisation des mortiers prêts à l’emploi. Avec une capacité prévisionnelle de production de 30 tonnes/heure, l’usine de Bouira se consacrera à la production des mortiers gris : ciment colles, mortiers de revêtement et d’isolation thermique et mortiers de réparation. Pas moins de 10 millions d’euros ont été investis pour la réalisation de cette infrastructure qui sera entièrement automatisée, selon le directeur général du GSH, M. Omar HASNAOUI. « L’usine de Bouira, en voie de construction, va nous rapprocher encore plus de notre clientèle », explique-t-il. Il faut savoir que le mortier est un produit qui ne voyage pas tellement, car le coût du transport impacte énormément le coût du produit. » C’est par rapport à cette approche stratégique qui tend à réduire les coûts des produits sur le marché national que le Groupe des sociétés HASNAOUI a fait le choix d’installer la troisième usine de Grupo Puma Algérie dans la wilaya de Bouira, au centre du pays. « Notre objectif est d’avoir une disponibilité homogène du mortier prêt à l’emploi sur l’ensemble du territoire national. La position géographique de Bouira est idéale », souligne M. Omar HASNAOUI. Et d’ajouter : « Bouira offre l’avantage de disposer d’une importante cimenterie, en l’occurrence la cimenterie Sour El Ghozlane, et de carrières d’agrégats au potentiel appréciable, et ce à moins de 40 kilomètres du chef-lieu de la wilaya. La disponibilité de matières premières permet ainsi de proposer des produits à des prix très compétitifs. » Pour le directeur général du Groupe des sociétés HASNAOUI, la mise en place du projet de Bouira a été quelque peu retardée en raison de la nature du terrain et de certaines contraintes administratives. « Nous avons implanté l’usine dans une nouvelle zone d’activités non-viabilisée. Aujourd’hui, les travaux de génie civil sont largement entamés et nous avons déjà procédé à la commande des équipements d’exploitation », précise-t-il. A travers cette nouvelle réalisation, le Groupe des sociétés HASNAOUI espère, poursuit-il, alléger la tension sur l’usine de Sidi Bel Abbès par rapport à la forte demande sur le mortier gris.

Des prix de vente 30 % moins cher que les produits importés

A Constantine, les travaux d’extension en cours de l’usine Grupo Puma Algérie vont rendre possible la production d’autres types de mortiers, le béton imprimé, les pâtes à joints ainsi que plusieurs gammes de peintures. « Nous sommes les premiers à avoir produit les mortiers prêts à l’emploi en Algérie. Nous sommes leaders sur le marché et nous voulons maintenir notre position de leader tout en développant d’autres types de mortiers afin de bannir les importations », estime M. Omar HASNAOUI. Pour lui, le surplus de production de ciment en Algérie est une opportunité pour Grupo Puma Algérie. « Ce surplus de production permet d’accroitre l’activité de transformation du ciment, de dégager une valeur-ajoutée supplémentaire et de booster l’exportation de mortier prêt à l’emploi », affirme-t-il. En parallèle, Grupo Puma Algérie tend à renforcer ses capacités de production pour développer, entre autres, de nouvelles gammes de mortiers plus adaptées au marché algérien et à la main d’œuvre algérienne. Il faut dire que l’expérience de l’usine de Constantine, à travers la production de monocouche, a permis de réduire de plus 30 % le prix de vente par rapport au produit importé. En plus du renforcement de ses capacités de production au niveau de l’usine de Constantine, Grupo Puma Algérie compte également introduire une nouvelle gamme de peinture haut de gamme : Puma Color, indique M. HASNAOUI. L’usine de Constantine, qui emploie une centaine de personnes, possède des équipements de dernière génération livrés par l’Espagnol Bedetec. Implantée dans la zone industrielle Ibn Badis dans la localité d’El Khroub, l’objectif principal de cette usine est de pallier progressivement les importations des produits finis avec, en sus, une « qualité à moindre coût par rapport aux produits importés actuellement d’Espagne ».